top of page
  • Photo du rédacteurFrançoise Salvan-Renucci

La conférence du 13 février est en ligne !! https://www.youtube.com/watch?v=VDX8WVbM7QM

La conférence du 13 février est en ligne sur la chaîne


Pour mémoire, voici un rappel de son thème :


« Parfums de fièvre jaune » : présence de Tristan Corbière dans le discours poétique des chansons de H.F. Thiéfaine

Trottoir, bitume, ramoneurs, trique, turlute, Chinois de Hambourg, guérite, bouges, rames, caboulots, jouir, tomber, mate, bander, roide, pendu, trou, hibou, clou, porte, œil, rat, ordure, charnier, camélia, dégaine, revolver, ordure, charnier, caniche, juments, ange, singe, vésuve, cancer, volcan, cheval, soleil qui a sombré, noyés, voiles, lune, lunatique, ronge, songe, creux, dérive, lézard, chauve-souris, goéland, albatros, perle, groins, chien, rire, crever, guignol, philosophie, bassin, lie, écume, vin, amertume, vers, aveugles, bricole, chloroforme, bugle, plomb dans les ailes, paradis, enfer, calle, ennui, nuit, insomnie, vent, corridor, calvaire, brouette, trépassé, vent du nord, linceul, chevaucher, enfants, immortelles, ruelle, étincelles…

La liste est longue – et donnée ici uniquement à titre indicatif – des endroits du corpus des chansons de H.F. Thiéfaine invitant à l’appréhension du dialogue aussi riche que précis mené au plan implicite avec les vers de Tristan Corbière, le « poète maudit » auteur des Amours jaunes. Accentuations récurrentes dont l’identification du rappel corbiérien vient encore enrichir le halo connotatif ou formulations isolées au profil spécifique, pour lesquelles la prise en compte de la présence sous-jacente de Corbière ouvre de nouvelles perspectives exégétiques, chacune d’entre elles devient – sur le mode qui lui est propre et qui définit le profil individuel de chaque séquence de ce dialogue à distance – partie intégrante de la dynamique d’élaboration du discours polysémique et polychrome. Ce sont précisément les reflets « jaunes » témoignant de la présence ininterrompue de Corbière et de sa poésie dans l’écriture des chansons que cette conférence se propose de faire ressortir, dans l’intention également de faire (re)découvrir une voix essentielle de la poésie du XIXème siècle.


Malgré mon intention de proposer un inventaire exhaustif, certains aspects n'ont pas pu trouver place dans la conférence faute de temps. Il faudra donc patienter jusqu'à la publication de la transcription pour compléter la conférence par les indices de la "présence de Corbière" contenus dans les termes ou formulations suivantes : rames, bouge, guenille, gril, asile de nuit au milieu des pylônes, dis-moi ce que tu vois, taureaux, porte, tatouage, indigo, tomber, arène, caniches, ça jouit. À bientôt donc !





24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page