top of page
  • Photo du rédacteurFrançoise Salvan-Renucci

La conférence du 16 octobre est en ligne !

En revoici le titre et la présentation :

« quand je t’ai vue marcher le long du taxiway » :

présence de Henry Miller dans le discours poétique des chansons de H.F. Thiéfaine


Conférence n° 43, #H.F. Thiéfaine 16, Zoom CTELA, lundi 16 octobre 2023 à 18 h


Le dialogue implicite avec les textes de Henry Miller est l’un des plus denses et des plus riches au sein du corpus des chansons. Du déroulement de Alligators 427 illustrant la métamorphose de Vénus en Lilith à la « valise » de Mathématiques souterraines ou à l’« haleine » susceptible d’« embuer la vision la plus saine » de Pogo sur la deadline, sans oublier les Confessions d’un never been qui déclinent aussi bien à travers leur titre qu’à travers le motif du « clown » le noyau thématico-symbolique du Sourire au pied de l’échelle, ou encore « l’enfer climatisé » de Médiocratie avec son écho direct au Cauchemar climatisé dénonçant les effets délétères de la société moderne : Henry Miller est présent à chaque détour du labyrinthe des chansons, et la réaccentuation de ses formules opérée dans les vers de Thiéfaine débouche sur des aperçus saisissants portés par des fulgurances de langage particulièrement impressionnantes.

Au-delà de l’importance du substrat millérien en tant que matériau d’une richesse inépuisable et remarquablement approprié à l’entreprise de réécriture poétique, Henry Miller incarne une conception de l’écriture qui se révèle aussi décisive qu’inspirante pour l’élaboration de la démarche propre à Thiéfaine. Le temps des assassins – Essai sur Rimbaudse lit comme un véritable résumé de la poétique des chansons notamment en ce qui concerne l’illumination absolue qu’apporte la notion du « paysage intime » mise au point par Miller, et que le corpus des chansons décline de façon à la fois incessante et sans cesse renouvelée jusque dans le moindre détail.

La place prépondérante accordée à l’intertextualité par Henry Miller, qui revendique de façon explicite une littérature ouverte à tous les apports d’où qu’ils viennent, est une convergence tout aussi essentielle entre les deux auteurs, ainsi que leur aspiration commune à une évolution de l’humanité permettant de transcender les frontières et les limitations arbitraires, que ce soit sur le plan individuel ou pour l’avenir de la « race humaine ».



43 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page