top of page
  • Photo du rédacteurFrançoise Salvan-Renucci

Présentation de la conférence du 24 avril 2023

Conférence n° 39, #H.F. Thiéfaine 12, lundi 24 avril 2023 à 18h, CTELA (en Zoom)

« übermensch or underdog ? » :

présence de Friedrich Nietzsche dans le discours poétique des chansons de H.F. Thiéfaine


« éternel retour », « cheval à Turin », « funambule », « folie », « suppléments de mensonge » , « faux arcs-en-ciel », « égouts de nos cerveaux », « déicide », « danser là-haut sur ta colline », bêlements off typiques de l’homme du troupeau, « à rebours », « barbares », « cruauté », « übermensch », « pervers », « le chevalier, le diable & la mort », « je r’viendrai », « tu redescends la même rue / la même histoire, le même jeu », « maîtres des voies sans issue », « dément qui inventa l’ennui », « sentence », « se déchir[er] », « dieux défigurés », « ivresse », « no limit », « mont[er] au-delà des murs », « orgies »… autant d’indices – dont on aura l’occasion d’élargir encore l’inventaire – de la présence récurrente de Friedrich Nietzsche dans le discours des chansons de H.F. Thiéfaine, qui intègre les renvois aux textes du « philosophe le plus rock’n’roll » dans une dynamique de réappropriation-redéfinition qui débouche sur un dialogue implicite aussi passionnant que complexe.

Alors même que l’élément du « langage » et du « mot » prime ici comme ailleurs de façon définitive sur tout ce qui relèverait des « thèmes » ou du « sens » – éléments vis-à-vis desquels l’auteur affirme son indifférence de principe au fil de nombreuses interviews successives –, il est révélateur de la cohérence du projet artistique thiéfainien que la conception nietzschéenne du langage – dévoilé comme un « malentendu du corps » à la structure apparentée à celle de « hiéroglyphes » occultant un « sens primitif » qu’il s’agit de rétablir –, se reflète également de façon systématique dans les principes d’organisation du discours multivoque (importance de la dimension historico-étymologique des constituants verbaux et prépondérance de la composante physico-sexuelle au sein du discours implicite).

On n’oubliera pas de relever enfin la saisissante convergence symbolique qui se fait jour entre la conception nietzschéenne de la polarité de l’apollinien et du dionysiaque, telle qu’elle est ensuite surmontée dans la « naissance de la tragédie », et l’esthétique thiéfainienne caractérisée par l’alliance oxymorique d’une structuration totalement maîtrisée du discours poético-musical et de l’ivresse proprement orgiastique qui caractérise l’atmosphère des concerts, que ce soit sur scène ou dans le public.

C’est autour de ces éléments de départ que s’articulera la conférence proposée le 24 avril, qui s’attachera en outre à mettre plus spécifiquement en lumière les accentuations nietzschéennes décelables dans la setlist des concerts de la tournée Replugged.




160 vues0 commentaire

Comments


bottom of page